Aménagement, Vivre ensemble

Halle sportive : un petit "Bercy" en construction à la porte de Sophia

Au cœur d'un futur parc des sports, la nouvelle "Halle sportive polyvalente" en construction dans la Zone industrielle des Trois moulins pourra accueillir dans sa salle de 5.000 places de grandes rencontres sportives (basket, trampoline, judo) mais aussi des spectacles. Un véritable petit "Bercy" qui sera desservi par le "bus-tram" Antibes-Sophia, et pourra être utilisé par les étudiants du campus universitaire de la technopole.

Fin septembre, les murs de la halle sportive polyvalente commencent déjà à sortir de terre.

Tout le monde connaît le Palais Omnisports de Paris Bercy, qu'on appelle tout simplement "Bercy". Un de ces lieux magiques qui peut à la fois accueillir des manifestations sportives comme tout type de spectacles et qui, en matière d'animation, se révèle comme un phare. Ce que la ville d'Antibes avec la CASA a entrepris de faire construire dans la Zone industrielle des Trois moulins, la partie antiboise de Sophia Antipolis, c'est justement un petit "Bercy". D'architecture futuriste, la future "halle sportive polyvalente", offrira une salle de 5.000 places. Peut-être moins que celle de Bercy, qui peut recevoir plus de 15.000 personnes, mais à la taille du département et surtout placée à un endroit stratégique : à la porte de Sophia, proche de l'échangeur de l’A8 et sur le passage du futur Transport en Site Propre de la CASA qui reliera le centre d’Antibes à la Technopole.

Les travaux ont été lancés au début 2011. Ils avancent à grand pas avec des murs qui sortent déjà largement de terre. C'est ce qu'ont pu constater les élus qui ont visité le chantier fin septembre sous la conduite du député maire d'Antibes, président de la CASA, ministre chargé des Affaires Européennes et en présence du président du Conseil général.

En phase avec une ouverture programmée début 2013

Située rue Henri-Laugier, à côté du ball-trap, cette nouvelle "halle sportive polyvalente", se trouve pour l'instant un peu à l'écart des grandes voies de circulation. Elle n'en représente pas moins deux enjeux importants : celui d'être l'embryon d'une nouvelle zone antiboise très active et celui d'assurer un lien majeur, fusionnel, entre Antibes et la technopole de Sophia Antipolis. Autant de challenges qu'elle aura les moyens d'assumer.

D'abord, bientôt fini le relatif enclavement. La "halle sportive", à l'architecture futuriste, sera desservie par le TCSP (Transport en commun en Site Propre) que la CASA, la Communauté d'agglomération Sophia Antipolis a mis en chantier. Le bus-tram Antibes-Sophia, un transport cadencé à haut débit passera à ses pieds. Ensuite, l'équipement aura son propre pouvoir d'attraction. Il disposera notamment d'une salle de 5.000 places qui servira aussi bien pour les manifestations sportives que pour les grands spectacles. Une salle qui, par sa capacité, viendra combler un vide dans le département. Enfin, la halle sportive s'inscrit dans un ensemble d'équipements qui est déjà à l'étude.

A un kilomètre du campus de Sophia

C'est ainsi un "petit Bercy" qui est réalisé à la porte de Sophia. Cet équipement servira pour le basket, le trampoline, mais aussi pour le judo, ainsi que d'autres sports et accueillera beaucoup de spectacles. Il est aussi au cœur d'un espace qui est le parc des sports nouveau de Sophia Antipolis où seront reconstruits des tennis et des équipements de sport de grand champ comme le football. Et de rappeler que l'on se trouve à un kilomètre à peine du campus universitaire de Sophia, ce qui permettra aux étudiants d'avoir accès à cet espace exceptionnel.

"C'est un espace événementiel, dans lequel le basket aura sa place, mais qui n'est pas dévolu qu'au basket. Ainsi le président de l'association antiboise de trampoline envisage d'y organiser les championnats du monde 2013", explique le président de la CASA. "Il s'agit d'un investissement d'avenir qui servira à la fois le sport de haut niveau et le sport populaire". La gestion elle, se fera suivant une DSP (Délégation de Service Public) avec un appel d'offres qui courra d'octobre à début janvier. Dans le cahier des charges, figureront entre autres l'accueil des matches de basket et l'entrainement des équipes, mais également l'organisation de spectacles. La DSP devrait d'ailleurs être établie bien avant l'ouverture pour permettre au lauréat de programmer les premières manifestations début 2013.

Un équipement qui joue dans la catégorie haut niveau

À l’allure d’un vaisseau tout droit venu du futur, surmonté d’une grande visière ombrant le parvis, la future halle sportive polyvalente des Trois Moulins est posée au nord de la ville, sur un emplacement stratégique. En voiture, l’arrivée des visiteurs sera facilitée par la création d’une voie périphérique tout autour du complexe qui prolongera l’actuelle rue Henri-Laugier pour déboucher sur un parking aérien de 600 places. Imaginé par le cabinet d’architecte allemand déjà concepteur, entre autres, du stade de Munich, le complexe sportif en conformité avec les normes Pro A et Pro B accueillera les entraînements et les rencontres de l’OAJLP Basket.

Un chaudron modulable jusqu’à 5000 places

Avec 5 000 places, un complexe moderne et accessible de 13 600 m2, la capacité d’accueillir six disciplines en compétitions internationales : la future salle omnisports des Trois Moulins jouera à coup sûr dans la catégorie haut niveau…

Le chaudron sera constitué d’un parquet et de tribunes amovibles qui permettront de moduler complètement l’espace en fonction de la manifestation accueillie. Dans sa conception la plus large, il pourra atteindre jusqu’à 5000 places. Cette souplesse permettra de recevoir des compétitions internationales de basket, handball, tennis, gymnastique, trampoline, boxe et des spectacles. Des salles de relaxation, de musculation, une grande salle de 1 000 m2 dédiée au Pôle France trampoline et un dojo viendront compléter les équipements.

Un équipement peu énergivore

Ce complexe sportif sera l’un des premiers en France à obtenir une certification HQE (Haute Qualité Environnementale) et le label “Bâtiment Basse consommation”. Ainsi, 740 m2 de capteurs photovoltaïques installés en toiture fourniront la moitié de la consommation en énergie du bâtiment (électricité et chauffage). Des capteurs solaires fourniront 40% de la consommation en eau chaude sanitaire. Un bassin de rétention construit sur le site permettra l’utilisation des eaux pluviales pour l’arrosage ou le nettoyage extérieur.

Les chiffres clés

  • Superficie : hors œuvre nette de 13.864 m2 et SHOB de 17.171 m2
  • Coût des travaux : 19 M€ HT
  • Coût total de l'opération (comprenant honoraires archi, bureaux d'études divers et dommages ouvrages) : 25,3 M€
  • Le financement est réparti entre Antibes (11,8 M€ soit 46,7%), la CASA (5 M€ soit 20%), le Conseil général (4,5 M€ soit 17,8%), le Conseil régional (2,5 M€ soit 10%) et l'Etat (1,4 M€ soit 5,5%)

Retour